Les dolmens de la commune de Montjaux

Alain Bernat, archéologue et historien résidant sur la commune vous propose de découvrir le patrimoine de Montjaux au travers d’une série d’articles qui seront publiés sur ce site. Pour ce second article, il aborde la présence des 17 dolmens de la commune dont le plus fameux d’entre-eux qui figure sur notre blason de la commune.

Les dolmens ont de tout temps éveillé la curiosité. Ils ont parfois donné naissance à des légendes ou fait naître des croyances. Mais tout d’abord qu’est-ce qu’un dolmen, qui les a construits et de quand datent-ils ?

 

Sur la première photo : Grand dolmen de Montgisty n°6 (Photo collection Jeannine Gayraud Ligou, vers 1943 : abbé Alexandre Boudes, curé de Marzials -avec les jumelles-, à droite Jacques Imbert, sur la table du dolmen Jeannine Gayraud Ligou et Jacques Canac).

 

Qu’est-ce qu’un dolmen ?

Les dolmens sont des sépultures collectives utilisées par une même communauté. Monuments majestueux, ils sont aussi une façon pour leurs constructeurs de marquer et s’approprier un territoire. Les grottes et les tumulus sont également utilisés comme sépulture.

 

Dolmen n°2 du causse de Concoules (photo Alain Bernat, 2018)

 

 

On ne voit souvent, de nos jours, que la structure interne du dolmen : ses montants et sa table. Mais à l’origine, cette structure était cachée, totalement ou en partie par des amoncellements de pierres organisés et bloqués par des murettes. Certains comportaient de véritables couloirs d’accès. Les « clapas » ont bien souvent disparu, ne laissant voir que le « squelette » du dolmen.

 

Dolmen n°4 du causse de Concoules (photo Alain Bernat, 2018)

 

 

De quand datent-ils et qui les a construits ?

La plupart des dolmens ont été construits entre 3500 et 2200 av. J.-C. pendant une période appelée « Âge du Cuivre » car la population de notre région développe à cette époque la métallurgie du cuivre dont elle exploite les gisements locaux et fabrique des bijoux et quelques armes. De nombreux sites archéologiques datant de l’Âge du Cuivre prouvent une très forte poussée démographique et une grande vitalité économique de ces populations qui maîtrisent parfaitement l’agriculture et l’élevage et développent un artisanat varié.

 

Dolmen de Jonquayrolles. Coll. Bibliothèque de la Société des lettres de l’Aveyron, cl. L. Balsan, 1948.

 

 

Au moins 17 dolmens sur le territoire de Montjaux !

Ce n’est pas par hasard que le blason de notre commune comporte la représentation d’un dolmen car Montjaux compte sur son territoire pas moins de 17 dolmens, l’un des plus célèbres étant celui appelé dolmen du Puech, non loin de Concoules, au bord de l’ancien chemin de Montjaux à Saint-Rome. Celui-ci est d’ailleurs classé Monument Historique depuis 1889 ! Ils se répartissent sur le causse de Mongisty (11 dolmens), sur le causse de Concoules (5 dolmens) mais aussi sur le versant sud du Lévézou (1 dolmen). Plusieurs auraient disparu au XXe siècle tels ceux du Castel Viel, de Malpérié ou un sixième dolmen près de Concoules.

 

Dolmen n°1 du causse de Concoules, classé Monument Historique, et son beau chêne (photo Alain Bernat, 2018)

 

 

Un atout patrimonial

Les dolmens sont tous protégés en tant que patrimoine archéologique. Ils constituent un atout patrimonial indéniable qui peut renforcer l’attrait culturel et économique de notre territoire.

 

Dolmen n°1 de Montgisty. Coll. Bibliothèque de la Société des lettres de l’Aveyron, cl. L. Balsan, 1933.

 

Alain Bernat, Rue de l’Ecole, Marzials

 

*La plupart des dolmens (hormis quatre d’entre eux situés sur les biens communaux du causse de Montgisty) sont situés dans des propriétés privées. La numérotation des dolmens est celle établie dans : Jacques Lourdou, Inventaire des mégalithes du Centre de l’Aveyron, dans Vivre en Rouergue, Spécial Cahier d’archéologie aveyronnaise, 12, 1998, 174 p.)

  • partager: